Introduction

 

La Fraternité de l’Oratoire Bienheureux Noël Pinot est née de l’initiative de fidèles angevins qui souhaitent se soutenir dans leur chemin de vocation par la prière, l’apostolat missionnaire, l’unité et la simplicité de vie. Ils se sont réunis derrière la figure de sainteté du Bienheureux Noël Pinot. En vénérant cette figure, les membres rappellent leur enracinement spirituel dans le diocèse d’Angers, leur fidélité à ce même diocèse et s’affermissent sur le chemin de leur vocation propre. A la suite du bienheureux Noël Pinot, les membres ont à cœur d’aider les plus pauvres, de soutenir la foi de ses membres et des autres en enseignant ce que le Seigneur nous a enseigné et en annonçant le royaume par leurs paroles et par leurs actes.

 

Il y a six ans, au cours d’une rencontre, nous avons partagé l’appel que nous avions au cœur. Nous réunir pour nous soutenir dans notre vocation par la prière et la mission. Nous étions déjà au séminaire, et la figure du bienheureux Noël Pinot nous inspirait déjà beaucoup et c’est son nom qui nous est venu à l’esprit. A ce moment précis, nous avons décidé de nous mettre sous son patronage et de nous mettre à sa suite.

Tout dans la vie de ce Bienheureux nous parlait : d’abord c’est un saint de chez nous, un de nos « compatriotes » si j’ose dire. Son martyre était pour nous un témoignage édifiant. Mais plus encore son ministère sacerdotal, c’est-à-dire sa fidélité à l’évêque et à l’Eglise universelle dont le chef visible est le pape.  Son ministère a aussi et très riche dans le soin qu’il a pu porter aux plus pauvres (dans sa mission d’aumônier auprès des Incurables), dans l’annonce de la foi (Dans sa mission ordinaire de Curé du Louroux ou comme vicaire auparavant), et dans le soutien de la foi (en continuant à annoncer la Bonne Nouvelle du Royaume aux fidèles qui lui étaient confiés, même dans les temps les plus difficiles qu’a pu traverser notre diocèse).

Très vite d’autres personnes se jointes à nous : des laïcs et des clercs. J’habitais rue de l’Esvière. Et à cet endroit, lorsque l’Exorciste y avait encore son bureau, il y avait un oratoire dans lequel nous nous retrouvions pour prier avant, pendant et après la mission. C’est pour cette simple raison que le terme « Oratoire » est resté et qu’il est  devenu le nom de notre association.

 

Histoire brève

 

Noël Pinot mourut le 21 février 1794, place du ralliement, guillotiné parce qu’il avait gardé ferme sa foi et pratiqué ardemment la charité. En 1791, alors que la révolution décidait de contrôler l’Église en France, Noël Pinot, le premier prêtre en Anjou, refusa de prêter le serment requis par la Constitution Civile du Clergé et le déclara en chaire le 27 février dans sa paroisse au Louroux- Béconnais. Arrêté, condamné et emprisonné, il vécut reclus à Beaupréau. Mais son zèle apostolique et son  amour pour ses paroissiens le poussa à regagner, en juin 1793, la paroisse dont l’Eglise ne l’avait jamais déchargé et à y vivre clandestinement pour y annoncer l’Evangile, prodiguer les sacrements, enseigner les enfants et secourir l’indigent. Le 8 février 1794, sur la dénonciation d’un paroissien, il fut arrêté, caché dans une huche à pain. Sa passion, sous l’ombre de la croix commença. Il fut amené à Angers et condamné sans autre motif que sa foi et sa fidélité à l’Eglise Catholique, Apostolique, et Romaine, épouse du Christ et peuple de Dieu. Dix jours plus tard, dans le silence d’une foule apeurée, il montait à l’échafaud revêtu de ses habits liturgiques. On lui retira sa chasuble. Il s’allongea sur le billot. La lame s’abattit et lui trancha la tête. Mourait à Angers et naissait au ciel un humble prêtre qui par Amour pour Dieu et les hommes avait donné sa vie.

 

 

Principes

 

  1. Une figure inspirante.

 

Dans cette figure martyre, a resplendi la croix et l’Amour du Christ. Aujourd’hui, nous sommes appelés à vivre le témoignage et la vie du Bx Noël peut déjà nous inspirer : sans nécessairement verser notre sang nous pouvons totalement donner notre vie pour rendre témoignage à la lumière (Jn 1,7). Il est un exemple donné par Dieu aux hommes de bonne volonté. De son martyre, nous tirons aujourd’hui notre spiritualité,  donc notre relation à Dieu. Aussi, nous voulons vivre :

  • Le dépouillement. Le Bx Noël Pinot l’a connu au Louroux- Béconnais. C’est-à-dire une simplicité de vie, voire une vraie pauvreté à la suite de Jésus.
  • La radicalité de l’Amour. C’est ce qui a guidé Noël Pinot dans son retour clandestin au Louroux et sur les marches de l’échafaud.
  • L’Abandon à Dieu. C’est l’enseignement spirituel de tout martyr. Un martyr s’offre « tout à tous » (1Co 9,22) et devient complètement « esclave pour tous. » (1Co 9,19).

Ces trois rayons de la spiritualité des martyrs, nous l’espérons, illumineront toute notre vie, toute notre prière et toutes nos actions pour la plus grande gloire de Dieu.

 

  1. Une spiritualité enracinée.

 

Cette spiritualité, pour grandir et s’affermir,  souhaite se réunir en communauté d’Eglise. Dans cette fraternité, les membres vivent :

  • L’Unité. Malgré le schisme dans l’Eglise, le curé du Louroux n’a jamais cherché la division, mais par son amour pour les hommes, il a voulu consolider leur unité dans l’Amour de Dieu pour qu’ils soient un (Jn 17, 21-22). Nous désirons nous unir dans le Christ pour que les fidèles puissent vivre l’unité selon leur état.
  • L’enracinement profond dans le diocèse d’Angers. Noël était prêtre du diocèse d’Angers. Pour lui et ses fidèles, il a donné sa vie. Nous voulons aimer toujours plus cette terre et servir avec dilection ceux qui l’habitent.
  • La Charité fraternelle. Sans vengeance, ni médisance, le bienheureux n’a accusé aucun paroissien et n’a chargé aucun bourreau. Nous souhaitons soigner cette charité en vue de former, plus parfaitement le Corps du Christ. Nous aspirons aussi à l’édification réciproque dans l’attente de la venue du Règne de Dieu.

 

  1. Vie Spirituelle.

 

La vie de notre saint patron, inspire aussi notre prière :

  • La Sainte Eucharistie. En montant à l’échafaud, il s’est avancé jusqu’à l’Autel de Dieu ; Dieu qui est toute sa joie (Ps 42.). Il a fait de sa vie une hostie offerte aux hommes et consacrée à Dieu. Nous trouvons dans la liturgie eucharistique le « sommet vers lequel tend l’action de l’Église, et en même temps la source d’où découle toute sa vertu » (SC 10). Aussi nous brûlons de désir d’en vivre; de nous nourrir du Pain de sa Parole et de son Eucharistie.
  • Notre Prière d’Abandon. Offrir sa vie entre les mains du Père est la prière qui s’approche le plus du témoignage d’un martyr (d’un témoin).
  • Notre Prière Mariale. Avant d’être conduit à Angers pour y mourir, il a confié son chapelet à une jeune enfant de sa paroisse. Son chapelet ne l’avait jamais abandonné. En le donnant à cette enfant, il nous a transmis sa piété mariale. Nous choisissons Marie pour mère, elle qui nous conduit à Jésus. Ainsi nous nous souvenons de la parole de Jésus au disciple qu’Il aimait « Voici ta Mère » (Jn 19,27)

 

  1. Des services.

 

Cette fraternité entend également développer trois services particuliers, issus de la vie des martyrs.

  • L’aide aux plus démunis. La charité, Noël Pinot la pratiquait intensément en visitant au péril de sa vie ses fidèles. Nous entendons aider les plus pauvres selon nos petits moyens, pour rendre à chaque homme sa dignité et leur apporter le réconfort. « Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur cœur. » (GS 1)
  • L’enseignement de la foi. Enseigner et soutenir la foi sont les raisons pour lesquelles le Bienheureux Noël Pinot est retourné au Louroux et y a risqué sa vie. Nous désirons participer activement à notre édification et celle des autre fidèles, sonder les mystères auxquels le Seigneur veut nous faire participer.
  • L’annonce missionnaire de la foi. il a témoigné, même à ses bourreaux, de sa foi en redisant les prières au bas de l’autel [au bas de l’échafaud] et par la lumière qui rayonnait de son visage; mais aussi en parcourant les villages annonçant le Christ, mort et ressuscité. Nous brûlons du désir d’annoncer aujourd’hui, dans le monde de ce temps, le Christ, le Messie Crucifié et ressuscité qui nous aime et nous sauve.

 

  1. Des engagements

 

Un membre de la fraternité s’engage à se rapprocher du Christ, par une vie de recueillement et de don. Il est  particulièrement attentif aux points suivants :

  1. Prendre un temps de prière recueilli quotidien.
  2. Un temps de retraite et de désert annuel.
  3. Vivre chaque vendredi saint le chemin de croix.
  4. Contribuer à faire rayonner la vie du Bienheureux Noël Pinot.
  5. Prier les laudes et les vêpres du 21 Février pour faire de ce jour un jour de fête dans notre diocèse.
  6. Participer au pèlerinage annuel de la fraternité.
  7. Avoir une sollicitude pastorale pour les plus démunis, les malades par le soutien de la prière de compassion et de l’aumône.
  8. Vivre simplement dans l’Esprit des Béatitudes.
  9. Prendre part à la vie d’une fraternité de l’Oratoire dans les missions proposées.
  10. respecter les statuts de l’association et les décisions des autorités légitimes.